Une ferme en Ukraine devient un sanctuaire pour animaux en temps de guerre

ActualitéUne ferme en Ukraine devient un sanctuaire pour animaux en temps de...
Publicité
Publicité
- PUBLICITÉ -

Le Bosquet Vert une ferme et une fromagerie dans un coin bucolique de la campagne ukrainienne. Suite à l’invasion russe, cette ferme est devenue un sanctuaire pour les animaux abandonnés.

Une ferme devenue refuge

Les habitants des les villes et villages du Donbass ont vu leur vie bouleversée et leurs maisons anéanties depuis le début du conflit.

Les exigences de la guerre ont forcé beaucoup d’entre eux à abandonner leurs animaux. Dans les terres agricoles de l’est, cela signifie moins de chats, de chiens et d’autres animaux de compagnie.

Evgenia Molchanova et plusieurs animaux © Carolyn Cole, Los Angeles Times

Après leur arrivée à Dnipro, la ville du centre de l’Ukraine devenue le principal point de passage pour ceux qui fuient l’est, les personnes avec des animaux trouvent souvent leur sauveur en Evgenia Molchanova, 31 ans, la femme infatigable qui possède et dirige le Green Grove avec son mari, Anatoliy Pilipenko .

« Quand la guerre a commencé, nous avons senti que nous devions le faire, car il n’y avait pas de refuges qui accepteraient ces animaux sans faire payer », a déclaré Molchanova.

- PUBLICITÉ -

« Quel argent pouvez-vous prendre à des gens qui n’ont pas de maison ? Nous avons décidé de les accueillir gratuitement ».

Cette décision a transformé la ferme de Molchanova et Pilipenko en un refuge pour les animaux. Parmi eux, des dizaines de moutons, chèvres, vaches, cochons, chevaux, oies, poules, lapins, chiens, chats et une paire d’émeus. Chaque semaine apporte de nouveaux ajouts.

Evgenia Molchanova et ses deux émeus © Carolyn Cole, Los Angeles Times

La gestion du refuge n’est pas si facile

Ouvrir un refuge soulève des questions de gestion et d’administration. Pouvez-vous garder les bébés lapins autour des chiens ? Où placer les oiseaux exotiques de la réserve d’Askania-Nova, apportés depuis Kherson, occupée par la Russie, dans le sud ? Y a-t-il de la place pour les 18 chevaux qui arrivent bientôt de Severodonetsk ? Et où vas-tu mettre tous les moutons ?

Les chèvres de la ferme © Carolyn Cole, Los Angeles Times

En mars, un homme a même apporté un crocodile. Molchanova lui a dit qu’elle ne saurait pas quoi en faire, alors il a demandé s’ils avaient un jacuzzi ». Ils ont fini par envoyer le reptile dans un zoo de l’ouest de l’Ukraine.

Les animaux aussi victimes de la guerre

Comme des millions d’humains en Ukraine, les animaux du Bosquet Vert portent les blessures, physiques et psychologiques, de la guerre.

- PUBLICITÉ -

Il y a DiShiKa, un caniche noir dont le dos a une paire de cicatrices qui coupent sa fourrure. Son propriétaire d’origine dans la province de Donetsk était parti. Des soldats l’avaient accueillie, l’avaient rebaptisée d’après la mitrailleuse lourde DShK et l’avaient laissée dormir dans l’une de leurs tentes.

Lorsque des bombes russes tombaient sur leur position. Un incendie dans la tente a brûlé DiShiKa, laissant des marques sur son dos.

DiShiKa et Fiesta © Carolyn Cole, Los Angeles Times

Evgenia Molchanova a aussi accueilli Fiesta, un golden retriever, après que ses propriétaires aient fui la ville ukrainienne de Kharkiv. À cause des bombardements, la chienne souffrait d’anxiété.

Certains des chevaux accueillis s’effondraient au sol à cause du stress chaque fois qu’ils entendaient un avion au-dessus de leur tête.

« Quand ils sont arrivés ici, la calèche avait des vitres brisées. Des dommages de guerre », a-t-elle déclaré.

- PUBLICITÉ -

La guerre n’a pas fini de faire des victimes collatérales. Grâce à des personnes comme Evgenia Molchanova et Anatoliy Pilipenko, les animaux ont la chance d’avoir une seconde vie.

Lire aussi : Un chien découvre 200 explosifs russes et sauve des milliers de vies

Dans le même thème
Publicité
Advertisment