Un voilier français a été coulé par des attaques d’orques au Portugal

Les orques qui ont coulé un bateau au Portugal ont fait un énorme trou à l’arrière avant d’arracher le gouvernail et de partir au large avec.

Le voilier français est devenu le dernier bateau à couler dans la région. En effet, ce n’est pas la première attaque d’orques dans cette zone.

Les orques, également connues sous le nom d’épaulards, ciblent de plus en plus les voiliers au large des côtes espagnoles et portugaises depuis 2020.

La plupart de temps, les orques s’approchent simplement des bateaux, mais dans certains cas, il arrive qu’elles viennent interférer avec les navires.

Les incidents ne semblent pas augmenter, mais ils n’ont pas cessé. Et dans les cas graves, les bateaux ont coulé.

Tous sains et saufs

Le voilier avait à bord quatre passagers appelés Eliott, Augustin, Roman et Corentin. Ils se trouvaient à 22 kilomètres au large de Viana do Castelo, au Portugal, lorsque les orques se sont approchées, a indiqué l’Autorité maritime nationale dans un communiqué.

« Nous avons entendu un bruit énorme à l’arrière du navire, et tout le bateau a commencé à trembler », a déclaré Augustin.

orque

C’est alors que les passagers ont réalisé qu’il y avait jusqu’à six orques qui entouraient le bateau.

Augustin a affirmé qu’elles étaient apparues « de nulle part » et que l’une d’elles a commencé à mordre le gouvernail, et à essayer de secouer le bateau. Les orques se sont mises à le faire à tour de rôle.

Pourquoi les orques attaquent les bateaux ?

Les scientifiques ne savent pas pourquoi les orques interfèrent avec les bateaux, mais il semble qu’elles ciblent en particulier les gouvernails des bateaux.

« Il s’agit en effet d’un comportement assez inhabituel, mais ce sont des animaux intelligents, et elles sont capables de jouer avec un humain ou même d’apprendre certains gestes », a déclaré Kerstin Bilgmann, biologiste de la conservation et chercheur à l’Université Macquarie en Australie, à Newsweek.

« Dans le passé, les épaulards ont, par exemple, travaillé en société avec des humains sur des bateaux pour chasser d’autres baleines à l’époque de la chasse à la baleine. »

Augustin a dit qu’ils n’avaient pas appelé à l’aide au début.

« On croyait qu’elles allaient jouer un moment, peut-être que le bateau ne serait pas si abîmé. On croyait que ce serait fini, et qu’on pourrait évaluer les dégâts. Peut-être que ce ne serait rien de trop grave. Nous pensions que tout irait bien », a-t-il déclaré.

Le sauvetage par un bateau suédois

Mais alors que les orques continuaient à mordre le bateau, les passagers ont soudainement entendu un craquement.

L’équipage a alors remarqué un énorme trou à l’arrière du bateau et de l’eau a commencé à couler. Ils ont alors lancé un appel de détresse qui a été capté par un bateau suédois à proximité qui s’est précipité sur les lieux pour les sauver.

orque-eau

« Elles attaquaient toujours, le bruit de craquement du bateau était de plus en plus fort maintenant. J’ai vraiment compris alors qu’elles, les orques, pouvaient avoir l’intention de détruire complètement le bateau. Nous devions sauver nos vies », a déclaré Augustin.

Les orques ont finalement laissé le bateau seul après que le gouvernail ait été complètement arraché du bateau. Elles sont parties avec l’un des orques portant le gouvernail dans sa bouche.

Le bateau suédois est arrivé et tous les membres de l’équipage ont été sauvés. Il n’y a pas eu de blessés.

Ce n’est pas le seul bateau à couler après l’attaque des orques.

En juillet, des orques ont coulé un voilier avec cinq personnes à bord au large de Sines, après avoir percuté le bateau.

« Il est probable qu’il n’y ait qu’un groupe particulier d’épaulards au large des côtes de l’Espagne et du Portugal qui interagissent avec les voiliers comme décrit. C’est un comportement assez inhabituel qui peut avoir été initié par coïncidence par un animal dans le groupe, puis copié par les autres. Il est important de se rappeler qu’il s’agit très probablement d’un acte ludique sans mauvaise intention de la part des épaulards, car aucun humain n’a été attaqué dans aucun des cas », a déclaré Bilgmann.

« Le jeu coopératif est assez courant chez cette espèce et une orque ne serait pas consciente qu’un navire qui coule est un danger pour la vie humaine. La protection continue du groupe et de l’espèce devrait être la priorité, tout en gérant les interactions d’une manière qui ne cause aucun dommage aux humains ou aux baleines. »

En savoir plus :

Actualité | Animaux marins

|

Orques

Copy link
Powered by Social Snap