Des centaines de petits manchots morts échouent sur les plages de Nouvelle-Zélande

Des centaines de petits manchots bleus morts se sont échoués sur les plages de Nouvelle-Zélande. Selon les experts, le changement climatique est la cause de ce désastre.

Le manchot bleu, le plus petit manchot au monde

Le manchot bleu est un petit oiseau qui mesure environ 40 cm de long. À cause de sa petite taille, il est difficile de différencier ce manchot et le pingouin.

Cet oiseau est incapable de voler, et utilise ses ailes pour nager. Depuis le début du mois de mai, des centaines d’entre eux ont été trouvés sans vie dans le nord de la Nouvelle-Zélande.

© Tanya Dropbear

Pour Graeme Taylor, conseiller scientifique principal au Département néo-zélandais de la Conservation, ces petits animaux sont morts de faim.

« Tous les oiseaux pesaient au moins la moitié du poids normal, ils n’avaient pas du tout de graisse et leurs tissus musculaires avaient disparu. »

Certes, il n’est pas rare que les oiseaux de mer meurent en grand nombre à cause des intempéries qui surviennent en mer.

Cependant, les décès massifs de petits manchots bleus, qui se produisaient environ une fois par décennie, se sont produit trois fois en six ans, a déclaré le conseiller.

La cause serait les changements climatiques

Les experts néo-zélandais s’attendaient à une mortalité des manchots bleus cet été à cause de la Niña, un phénomène climatique qui impacte les conditions météorologiques.

La Niña s’est combinée à une vague de chaleur marine, ce qui créé un « double coup dur » pour les manchots.

La température de la mer augmente, et ces oiseaux ont du mal à trouver les petits poissons qui composent leurs repas.

« Les jeunes oiseaux en particulier ont vraiment du mal à trouver de bons endroits pour trouver de la nourriture, et même les adultes expérimentés semblent avoir été pris au piège », a déclaré Graeme Taylor.

« Bien qu’il ne soit pas possible de mesurer l’impact exact du changement climatique sur l’espèce, il existe des schémas observables », a déclaré John Cockrem, biologiste des manchots à l’École des sciences vétérinaires de l’Université Massey en Nouvelle-Zélande.

© Marty Melville / AFP

Les petits manchots bleus de l’extrémité sud de la Nouvelle-Zélande, qui n’ont pas subi les mêmes changements de température de la mer, semblent mieux se porter que les populations du nord.

« Il est très probable que ce soit plus qu’une coïncidence si cela se produit lorsque les températures de la mer sont plus chaudes », a déclaré John Cockrem.

Lire aussi : Ces abeilles meurent de chaud et explosent à cause de leur semence

En savoir plus :

Actualité | Animaux marins

|

Manchots

Copy link
Powered by Social Snap