Le squelette de l’orque de la Seine sera exposé au Muséum National d’Histoire Naturelle à Paris

ActualitéLe squelette de l'orque de la Seine sera exposé au Muséum National...
Publicité
Publicité
- PUBLICITÉ -

Le 25 mai dernier, une orque avait été retrouvée dans la Seine. Décédée suite à une terrible maladie, son squelette va être exposé au Muséum National d’Histoire Naturelle à Paris.

Retour sur l’épisode de l’orque dans la Seine

Le 17 mai, des remorqueurs du Havre ont repéré une orque proche des côtes. La présence de ce cétacé aussi proche des côtes françaises n’est pas quelque chose d’habituel. L’orque a ensuite été aperçue dans la Seine entre Rouen et Le Havre le 24 mai.

Les spécialistes étaient inquiets de son état de santé car l’animal nageait restait à la surface et présentait ce qui semblait être des nécroses. Son pronostic vital était engagé.

Malheureusement, les craintes des spécialistes se sont confirmées. L’orque était atteinte de mucormycose, une infection profonde du derme et de l’épiderme qui atteint le sang, les reins, les poumons, le cœur et le cerveau.

Des enregistrements sonores ont révélé « des vocalisations assimilables à des cris de détresse ». La décision d’euthanasier l’orque de la Seine a été pris pour que l’animal cesse de souffrir.

- PUBLICITÉ -

Le 30 mai, date à laquelle elle devait être euthanasiée, NATERA a été le premier média à révéler que l’orque a été retrouvée morte des suites de sa maladie. L’information a été confirmée par Sea Shepherd France à travers un tweet.

© Sea Shepherd France

L’orque exposée au Muséum National d’Histoire Naturelle à Paris

À travers un communiqué de presse, le MNHN annonce que le squelette de l’orque sera prochainement exposé dans leur établissement.

Le muséum se procure ainsi le premier squelette complet de l’espèce Orcinus orca. Le squelette va être dégraissé, nettoyé, inventorié et conditionné pour intégrer la collection des mammifères marins.

En effet, le muséum précise qu’il détient l’une des trois plus grandes collections naturalistes au monde, avec celui de Washington DC et celui de Londres).

67 millions de spécimens, allant des animaux aux végétaux y sont exposés.

- PUBLICITÉ -

« Cette opportunité de collecte est essentielle pour l’enrichissement des collections scientifiques nécessaires aux activités de recherche, d’enseignement et de diffusion des connaissances, activités phares du Muséum. »

© MNHN – C. Dars, A. Lalis, E. Pelle

Lire aussi : La vidéo d’un groupe d’orques qui libère une gigantesque baleine fait le tour d’internet

Photo d’illustration : AFP

Dans le même thème
Publicité
Advertisment