Zina, l’orque, prospère dans la nature après s’être échappée de la célèbre prison russe pour les baleines

En 2018, une orque de 8 ans nommée Zina a été capturée et condamnée à une vie de captivité dans la tristement célèbre prison des baleines en Russie. Heureusement, Zina était l’un des 100 animaux marins qui ont été libérés d’une prison de baleines russe suite à une mobilisation des militants des droits des animaux.

Aujourd’hui, une équipe de tournage de Frozen Planet II a vu Zina prospérer dans la nature. C’est la preuve que chaque créature mérite une chance d’être libre

Un espoir pour les amoureux des baleines

L’histoire de Zina est une histoire d’espoir et de résilience. Elle a été capturée en 2018 et a passé plusieurs années à vivre dans des conditions exiguës dans un minuscule enclos en Russie.

Cette endroit, connu sous le triste nom de « prison à baleines », plus de 100 animaux marins y étaient détenus. Parmi eux, des baleines, des orques et des bélugas. À l’intérieur, la pauvre orque montrait des signes d’engelures et d’infection à cause des eaux hivernales gelées et stagnantes

La « prison des baleines », dans la baie de Srednyaya, le 11 juillet 2019 © Getty

Depuis sa libération, Zina a été aperçue pour la première fois en plein essor dans la nature par une équipe de tournage de Frozen Planet II. Cette série de la BBC Earth suit différents animaux dans leur habitat naturel et documente leur histoire. Les images de Zina prouvent qu’elle s’épanouit dans sa nouvelle vie et sont la preuve que chaque créature mérite une chance de liberté.

Quel est l’avenir de Zina ?

Même si c’est une bonne nouvelle que Zina se porte si bien dans la nature, son avenir est encore incertain. Les orques sont une espèce très sociale et vivent généralement en groupes très soudés. Parce qu’elle a été capturée et maintenue en captivité pendant si longtemps, il est possible que Zina ne soit jamais en mesure de s’intégrer pleinement dans un groupe d’orques.

Selon les premières images, l’orque semble de nouveau faire partie d’un groupe. Les experts cherchent a savoir s’il s’agit de son ancienne famille, ou d’un groupe qui l’aurait « adoptée ».

Photo de l'orque Zina
Photo de l’orque Zina © Rasmus-Raahauge | Getty

Mais avec l’aide des défenseurs des droits des animaux et d’organisations comme Sea Shepherd, qui patrouillent dans les eaux pour protéger les animaux marins, Zina a une chance d’avoir un bel avenir. Espérons qu’elle continuera à s’épanouir et qu’elle sera une source d’inspiration pour les autres orques captives dans le monde.

Pour les orques qui auraient passer trop de temps en captivité, des sanctuaires marins offrent un environnement plus naturel et moins stressant qui peut les aider à se rétablir et à être éventuellement relâchés dans la nature. C’est ce qui a été proposé pour Corky, l’orque la plus triste du monde qui a passé 52 années dans un aquarium.

La captivité de moins en moins bien vu

Si l’histoire de Zina est porteuse d’espoir, elle est aussi un rappel brutal de la tragédie que représente la captivité. Les orques font partie des animaux les plus intelligents et les plus sociaux de la planète, et pourtant ils sont régulièrement arrachés à leur famille et maintenus dans de minuscules réservoirs pour notre divertissement.

Heureusement, il existe des associations qui travaillent sans relâche pour libérer les animaux marins captifs et leur donner une chance d’avoir une vie meilleure. Nous devrions tous être reconnaissants pour leur travail et continuer à soutenir leurs efforts.

Mais nous devons également nous rappeler que la captivité n’est jamais humaine, et nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour boycotter les installations qui maintiennent les baleines et les dauphins en captivité.

En savoir plus :

Actualité | Animaux marins

|

Orques | Sauvetage

Copy link
Powered by Social Snap